Des composés toxiques dans notre lingerie

Tout comme les protections hygiéniques, nos sous-vêtements peuvent se révéler toxiques pour notre santé. Situés au plus près de nos zones les plus sensibles ils méritent une attention toute particulière. Mais quelle lingerie acheter pour limiter les substances toxiques ? On fait le point.

De nombreux composés toxiques dans nos sous-vêtements

Selon Greenpeace, environ 65% des vêtements que nous achetons contiennent des traces de substances toxiques. Ce n’est guère étonnant lorsqu’on connait toutes les sources de pollution auquel fait face un vêtement (pesticides, teintures chimiques, traitements divers). Le coton est par exemple largement traité aux pesticides et insecticides avec des résidus qui se retrouvent ensuite dans nos vêtements. Ainsi la culture de coton qui ne représente qu’environ 2% des terres cultivées, représente 24% des pesticides classés par l’OMS « hautement dangereux » ou « extrêmement dangereux » utilisés.

Parmi les toxines qui seraient les plus dangereuses dans nos vêtements on retrouve les nonylphénol ethoxylates (NPEs) qui se dégradent en nonylphénols simples (NP). Ces substances sont soupçonnées d’être des perturbateurs endocriniens et seraient aussi très toxiques pour la vie aquatique.

De nombreux vêtements contiennent aussi des phtalates qui seraient nocifs pour la fertilité, le développement du fœtus et qui sont aussi suspectés d’être des perturbateurs endocriniens.

Enfin certains vêtements contiennent des métaux lourds comme le cobalt, le cuivre, l’antimoine, le plomb, le cadmium ou le mercure.

En plus d’être susceptibles d’engendrer de graves pathologies, toutes ces substances sont très allergisantes ce qui est d’autant plus problématique que notre lingerie est en contact avec les zones les plus sensibles de notre corps.

C’est au niveau des muqueuses que les produits toxiques sont le plus facilement absorbés et c’est donc à cet endroit qu’il faut faire le plus attention à ce qui est en contact avec nous. La lingerie devrait donc avoir une composition la plus irréprochable possible.

Enfin toutes ces substances se révèlent très toxiques pour l’environnement et notamment pour le milieu aquatique. A chaque passage en machine de nos vêtements ces substances se retrouvent un peu plus dans la nature et polluent tout notre environnement.

Quelle solution pour une lingerie moins toxique ?

Passer à la lingerie bio 

Les vêtements certifiés bio offrent la garantie qu’ils ne contiennent pas de pesticides ou d’insecticides puisque la culture du coton est réalisée sans utilisation de ces composants. Les teintures utilisées sont aussi soumises à une réglementation beaucoup plus stricte. Si la lingerie bio ne faisait autrefois pas très envie, de nouvelles petites marques proposent aujourd’hui des produits qui n’ont rien à envie aux grandes marques traditionnelles comme Olly Lingerie par exemple.

Le label Oeko-Tex-Standard 100 

Cette certification allemande garanti que le textile a été soumis à des tests de toxicité beaucoup plus poussés que ceux qui sont pratiqués actuellement par les autorités. Elle garanti l’absence de substances nocives pour l’Homme et l’environnement dans les produits et notamment que les teintures utilisées ne sont pas dangereuses. La marque Petit Bateau propose de la lingerie certifiée par ce label, qui, même si elle est classique, se révèle très agréable à porter au quotidien.

Laver sa lingerie avant de la porter permet d’éliminer une partie des résidus toxiques qu’elle contient (même si ces résidus se retrouvent de ce fait dans la nature). Cependant il semblerait que certains composés toxiques soient stimulés par le passage en machine (paraphénylène par exemple).

 

Si vous souhaitez commencer à adopter une garde-robe plus respectueuse de votre santé et de l’environnement le mieux semble donc de commencer par la lingerie qui, par son contact avec nos zones les plus fragiles, se révèle la plus nocive.   

Ecrire un commentaire

Tous les commentaires sont modérés avant d'être publiés