Fertility yoga: Du yoga pour améliorer la fertilité

Les femmes tombent enceintes de plus en plus tard, l’âge moyen de la première grossesse est aujourd’hui de 28.5 ans et de plus en plus de femmes accouchent après 40 ans.

Or plus on souhaite tomber enceinte tard et plus le risque d’infertilité est important. Dans ce cas le yoga peut aider, notamment en diminuant le stress puisqu’il s’avère que ce dernier diminue les chances de tomber enceinte.

Des études ont montré que le yoga est aussi efficace, voir plus efficace, que pratiquer une activité physique pour lutter contre le stress.

L’objectif du yoga de la fertilité (fertility yoga) s’axe autour de la zone de l’utérus et des tissus pelviens afin de créer un environnement plus propice à la conception.  

Le yoga de la fertilité consiste en un flux lent, mettant l’accent sur des postures de restauration qui réduisent le stress et permettent une relaxation profonde.

Il vise à :

Réduire le stress en approfondissant et en contrôlant sa respiration (pranayama)

La respiration est une manifestation physique du système nerveux. Lorsque nous somme stressés notre respiration a tendance à s’accélérer et à devenir plus superficielle. Une respiration rapide conduit à l’activation du système nerveux sympathique alors qu’une respiration abdominale profonde favorise l’activation du système nerveux parasympathique, synonyme de relaxation.

Etirer et ouvrir le bassin, le bas du dos, l’aine, la poitrine et les épaules

Le yoga reconnaît l'interdépendance des corps et des esprits, en reconnaissant que chacun de nous n'est pas simplement un esprit dans un corps, mais plutôt un «corps mental».  Ainsi la tension dans le corps est physiquement inconfortable et conduit à une augmentation du stress mental. Inversement, le relâchement des tensions physiques contribue à un état d’esprit plus détendu. Les femmes souffrant d'infertilité peuvent être particulièrement sujettes aux tensions et au stress, et des traitements médicaux tels que la FIV les déconnecter de leur corps, ce qui entraîne des tensions supplémentaires. Le yoga peut ainsi aider à surmonter les tensions et aide les femmes à faire face au stress et au trop plein d’émotions.  

Développer des aptitudes cognitives et émotionnelles saines pour mieux gérer les hauts et les bas de la vie quotidienne et le chemin qui mène à la parentalité

Le yoga est plus qu'une simple série de postures physiques et le yoga de la fertilité utilise les pratiques de concentration et de méditation (dharana et dhyana), la visualisation, la philosophie yogique) et la conscience de soi consciente (pratyahara et svadhyaya) pour nous aider à ralentir et à trouver des moyens de vivre plus pleinement et dans un plus grand confort. La gestion du stress implique non seulement de relâcher les tensions physiques et mentales, mais également de pouvoir rester assis avec des émotions intenses, de les traiter et de comprendre leurs causes sous-jacentes. Une telle auto-réflexion aide les futures mères à rester en contact avec ce qu'elles sont vraiment, plutôt que de sentir que sentir le poids de leur difficulté à tomber enceinte.

En pratique, le yoga de la fertilité se divise en deux parties, selon le moment où on se trouve dans son cycle. Du 5ème jour au 14ème jour c'est la phase "dynamique » avec des positions proches qui yoga hatha qui sont enchaînées en douceur. Après le 14ème jour, les mouvements se font uniquement au sol, en évitant les torsions et les inversions. On cherche durant les séances à favoriser la nidation et à calmer les anxiétés.

Ecrire un commentaire

Tous les commentaires sont modérés avant d'être publiés