Spiruline : tout savoir sur cette petite algue

Présente sur terre depuis la nuit des temps mais redécouverte il y a peu, la spiruline fait aujourd’hui partie des superaliments les plus consommés. Mais pourquoi cette algue est-elle si exceptionnelle, quels sont ses bienfaits et pourquoi est-il préférable de consommer une spiruline française ? On vous dit tout.

Les premiers procaryotes pionniers de la photosynthèse sont les cyanobactéries, des algues bleues dont la spiruline fait partie.

Présente sur terre depuis plus de 3 milliards d’années la spiruline aurait, selon certains scientifiques, grandement contribué au développement de la vie sur Terre grâce à sa production d’oxygène par photosynthèse et son action désacidifiante dans les océans. Les spécialistes estiment que 90% de l’oxygène de la planète sont produits par les algues et 10% par les arbres et les plantes.

Les algues d’eau douce seraient bien plus anciennes que les algues marines. Elles sont classées en fonction de leur couleur qui varie en fonction des pigments qu’elles contiennent et qui indiquent qu’elles n’absorbent pas toutes la lumière aux mêmes longueurs d’onde.

Les algues bleues ont le spectre d’absorption le plus large. Avec la lumière du soleil et les sels minéraux dans l’eau, la seule activité de la spiruline est de produire plus de nourriture et plus de « plants » d’elle-même.

Son efficace équipement pigmentaire, dont la phycocyanine (qui lui confère sa couleur bleue), la chlorophylle (verte) et des caroténoïdes (orangés), lui permet de photo synthétiser à un taux de conversion soleil/nourriture de 10%. En comparaison celui du soja n’est que de 3%. La spiruline a également l’un des taux les plus élevés en chlorophylle qu’on peut trouver dans la nature (environ 1%).

Les Aztèques furent les premiers à consommer de la spiruline. Ils fabriquaient des petits gâteaux à base de cette algue qu’ils vendaient sur les marchés et consommaient comme du fromage.

Aujourd’hui on ne trouve la spiruline a l’état naturel que dans quelques parties du monde où les caractéristiques du milieu originel se sont maintenues : eaux chaudes, alcalines, et très riches en minéraux.

Les qualités nutritionnelles de la spiruline ont été démontrées par de nombreuses études. La FAO (organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture) a ainsi déclaré « exceptionnellement riche en protéines, en vitamines et en fer, la spiruline est depuis des siècles le secret d’une bonne santé pour la population du lac Tchad. Conséquence : les peuples de la région sont connus dans le pays car ils vivent plus longtemps et mieux (…) C’est l’aliment idéal du 21ème siècle. Pour l’Unesco la spiruline est « l’aliment idéal et le plus complet de demain ». L’OMS qui a fait une étude sur la spiruline, reconnaît l’efficacité de celle-ci pour « renforcer les défenses immunitaires et prévenir les maladies » et y voit « le meilleur aliment pour l’humanité au 21ème siècle ».

La spiruline fait l’objet de nombreuses recherches nutritionnelles et thérapeutiques, notamment dans le domaine de l’immunologie, du SIDA, du cancer et des maladies dégénératives. Au Japon, premier consommateur mondial, ses effets bénéfiques sur le diabète, les ulcères, les maladies du foie, les allergies et les problèmes cardiaques ont été étudiées de façon extensive.

Sa composition et ses bienfaits

La spiruline se caractérise tout d’abord par sa forte concentration en protéines, de l’ordre de 60 à 70g pour 100g d’algue contre 20g pour 100 g de viande de bœuf. Les protéines contenues dans la spiruline sont très bien assimilées par l’organisme.

La spiruline est aussi très riche en béta carotène, en vitamine du groupe B, en vitamine E, en acides gras essentiels, en minéraux et en oligo-éléments.

A titre d’exemple 10 grammes de spiruline contiennent :

-autant de protéines qu’un œuf

-autant de calcium qu’un grand verre de lait

-autant de béta carotène que 170g de carottes

-autant de vitamine E qu’une cuillère à soupe de germe de blé cru

Protéines

Les protéines sont constituées d’acides aminés qui contribuent à des milliers de processus métaboliques et qui construisent, entre autres, les enzymes, forment les hormones, favorisent la croissance, régulent l’humeur et participent à la production des cellules.

Le corps est capable de fabriquer douze de ces acides aminés, considérés comme « non essentiels ». Mais il est incapable de fabriquer les huit restants, dits « essentiels » qui doivent impérativement être apportés par l’alimentation et être tous présents. Il suffit qu’un seul de ces acides aminés indispensable manque à l’organisme humain pour se retrouver totalement carencé.

Ces huit acides aminés restants sont présent dans la spiruline dans de bonnes proportions et directement assimilables par l’organisme. Les protéines de la spiruline séchées sont très digestibles et ce sont les protéines les plus facilement assimilables connus.

A cela s’ajoute le fait que la spiruline possède une teneur très importante en protéines. Elle est ainsi 3 fois plus riches en protéines que le bœuf et deux fois plus riche que le soja.

Acides aminés

La spiruline contient tous les acides aminés essentiels à savoir :

- l’isoleucine, indispensable à la croissance

-la leucine qui stimule les fonctions cérébrales

-la lysine, nécessaire pour la production des anticorps, des enzymes et des hormones

-la méthionine, très riche en souffre et antioxydante

-la phénylalanine, indispensable à la thyroïde

 -la thréonine qui améliore la fonction intestinale et digestive

-le tryptophane

-la valine, stimulant naturel des capacités mentales et physiques

Elle contient aussi tous les acides aminés « non essentiels » c’est-à-dire que le corps peut synthétiser en cas de besoin :

-l’acide aspartique, essentiel à la synthèse de plusieurs acides aminés

-l’acide glutamique, source d’énergie pour le cerveau

-l’alanine qui participe au métabolisme du glucose

-l’arginine, essentielle pour les enfants

-la cystine, nécessaire pour une utilisation correcte de la vitamine B6

-la glycine, nécessaire à l’organisme pour la production de l’ADN et l’ARN

-l’histidine, essentielle pour les enfants

-la proline, indispensable à la production de collagène

-la sérine, indispensable à la formation des membranes des cellules, des protections des nerfs et pour synthétiser la créatine.

-la tyrosine, qui contribue au sentiment de bien-être et est un stimulant cérébral

Vitamines

La spiruline apporte une grande partie des vitamines nécessaires pour assurer les processus métaboliques vitaux tels que l’approvisionnement en énergie et en protéines, même si la teneur en vitamines peut varier en fonction de l’environnement et des conditions de culture, surtout pour les vitamines B1, B2 et C.

La spiruline est ainsi riche en: 

-vitamine B1 : c’est une vitamine importante dans l’équilibre nerveux. La spiruline est la deuxième source de vitamine B1, derrière la levure de bière.

-vitamine B9 : elle contribue activement au métabolisme du fer.

-vitamine B12 : La spiruline est une algue riche en vitamine B12 mais certaines études avaient laissé entendre que cette vitamine présente dans la spiruline était inactive. Cependant il semblerait que cela ne soit pas le cas. En 2010, les résultats des recherches de Takinoa et son équipe démontrent que les cellules de la spiruline Spirulina platensis sont capables d’utiliser la pseudo-vitamine B12 synthétisée comme cofacteur de la méthionine synthase (1).

Dans le cadre d’une alimentation végétalienne, consommer de la spiruline peut donc être intéressant mais cela n’est pas suffisant d’autant qu’une partie de la vitamine B12 contenue dans les algues semble être perdue lors du séchage.

-vitamine D : elle favorise la synthèse de l’inuline, protège la peau et certaines parties du cerveau. La source végétale la plus importante de vitamine D est la spiruline.

Elle contient aussi de la vitamine A, de la vitamine B2, B3, B5, B6, B7, B8, de la vitamine E et de la vitamine K.

Pigments

C’est l’action concomitante d’une quinzaine de pigments de plusieurs familles qui confèrent à la spiruline ses pouvoirs régénérants, radio-protecteurs, antioxydants et anti-inflammatoires.

Les principaux pigments contenus dans la spiruline sont :

-La chlorophylle : la chlorophylle est une molécule verte commune aux plantes et capable de capter l’énergie des radiations solaires. La spiruline contient 1% de chlorophylle, l’un des taux les plus élevés qu’on peut trouver dans la nature.

-La phytocyanine : la phytocyanine est une protéine complexe spécifique à la spiruline, qu’on ne trouve nulle part ailleurs dans la nature. Stimulant la synthèse des globules rouges, des globules blancs, du système immunitaire, antioxydant, antiallergique, anti-inflammatoire naturel, la phytococyanine est assurément le composant le plus spécifique et le plus étonnant contenu dans la spiruline. C’est la phytocyanine qui confère sa couleur bleue à la spiruline.

-Les caroténoïdes : la spiruline est l’un des aliments les plus riches en bêta-carotène (il représente 80% des caroténoïdes présents dans la spiruline). Elle en contient 20 à 25 fois plus que la carotte. Le bêta-carotène est convertible en vitamine A, une vitamine essentielle pour le développement et la croissance des mammifères.

Minéraux et oligoéléments

La spiruline est très riche en minéraux et oligoéléments parmi lesquels on retrouve :

-le calcium : la spiruline contient plus de calcium que le lait

-le fer : la facilité d’absorption du fer et sa biodisponibilité fait de la spiruline une source de fer particulièrement adéquate. Le fer de la spiruline est deux fois plus assimilable que celui trouvé dans la plupart des légumineuses et viandes. Il semble que ce soit la phytocianine qui en facilite l’absorption en formant des complexes solubles avec le fer et les autres minéraux pendant la digestion.

-le magnésium : la spiruline est l’un des aliments les plus riches en magnésium qui soit, et qui bénéficie d’une excellente biodisponibilité.

Le zinc : des études ont démontré que la spiruline est très riche en zinc et que celui-ci est entre deux à quatre fois plus assimilable que les autres sources alimentaires de zinc.

Les acides gras

La spiruline présente la singularité de contenir l’équilibre de taux Oméga 3/ Oméga 6 le plus pertinent pour la physiologie humaine.

Parmi les bienfaits de la spiruline on compte :

-le fait de lutter contre la fatigue : les différents micronutriments, enzymes et pigments agissent en véritable synergie entre eux afin de lutter contre la fatigue.

-le soutient des défenses immunitaires : les vitamines et minéraux contenus dans la spiruline contribuent à renforcer les défenses naturelles et le système immunitaire.

-la participation à l’équilibre féminin : la spiruline aide à limiter les symptômes prémenstruels et aide à lutter contre les carences en fer. Elle permet aussi permet de diminuer les symptômes liés à la pré-ménopause et à la ménopause ainsi que le risque d’ostéoporose.

-l’amélioration de l’endurance : grâce à sa richesse en vitamines et en oligo-éléments la spiruline est un aliment de choix pour améliorer l’endurance et la récupération.  

-la régulation des taux de sucres et de lipides

-la détoxification du corps en participant à l’élimination des métaux lourds présents dans l’organisme.

-participe à une jolie peau : grâce à sa formule associant antioxydants, anti-radicalaires, cicatrisants, tonifiants, détoxinants et régénérants elle nourrit la peau de l’intérieur comme de l’extérieur.

-permet de conserver des cheveux en pleine santé : les protéines contenues dans la spiruline agissent sur la kératine ce qui entraîne une accélération de la pousse des cheveux ainsi qu’une hausse du volume. Le fer, les oligo-éléments et les vitamines présents dans la spiruline participent aussi à la bonne santé des cheveux.

Comment la consommer ?

Il est recommandé de consommer la spiruline sous forme de paillettes puisque c’est la forme qui est la moins transformée. Les paillettes peuvent être incorporées dans un jus de fruit, sur des tartines ou dans une salade. La spiruline en poudre est parfois chauffée à haute température ce qui fait qu’elle perd une partie de ses qualités nutritionnelles.

Contrairement à ce qu’on croit souvent la spiruline n’a pas un goût si désagréable que cela, d’autant plus si vous choisissez une spiruline de qualité (plus la spiruline est de qualité et moins son goût est désagréable car elle n’a pas été chauffé à haute température).

La spiruline peut-être consommée par presque tout le monde : adultes, adolescents, sportifs, végétariens, végétaliens, etc.. Elle peut se consommer toute l’année ou en cure d’un à 3 mois.

Afin d’habituer progressivement l’organisme il est recommandé de commencer par consommer 1g de spiruline par jour et d’augmenter la dose progressivement pour arriver à environ 3 g par jour (soit une cuillère à café). En effet en raison de son effet détoxifiant il est possible de ressentir quelques sensations désagréables lors des premières journées de consommation. En cas d’effets indésirables il est recommandé de diminuer les quantités consommées.

Il n’existe aucune contre-indication notable, aux doses habituellement recommandées, les personnes atteintes d'hémochromatose ou en phase de chimiothérapie doivent éviter de consommer de la spiruline.

Spiruline et écologie

Le soja nécessite 3 fois plus d’eau, 30 fois plus de surface et 5 fois plus d’énergie que la culture de la spiruline. Les choses sont encore plus flagrantes en ce qui concerne le bœuf qui lui requiert 100 fois plus d’eau, 300 fois plus de surface et 150 fois plus d’énergie.

La forte productivité de la spiruline avec un rendement moyen de 9 tonnes de protéines à l’hectare, contre 1 tonne pour le blé et le soja, et ses faibles coûts de production, en font, pour grand nombre de scientifiques, un aliment de référence. Certains scientifiques estiment que sa culture massive pourrait, à court terme, résoudre le problème de la faim dans le monde. De plus la culture de la spiruline est sans danger pour l’environnement, ne menace pas la biodiversité, ne participe pas à l’érosion des sols ni à la déforestation massive comme l’élevage industriel ou la culture du soja par exemple.

Non seulement la spiruline ne pollue pas l’eau, mais elle peut être utilisée pour la dépolluer. Dans ce cas elle est évidemment impropre à la consommation.

De plus elle peut être cultivée sur des terres arides, totalement inutilisables pour d’autres cultures et ce, sans déperdition de ses qualités nutritionnelles.

A cela s’ajoute le fait que la culture de la spiruline n’engendre pas d’effet de serre car comme toutes les algues elle absorbe le dioxyde de carbone. Alors que les arbres absorbent entre 1 et 4 tonnes par hectare par an de dioxyde de carbone, la spiruline fait nettement mieux. Certaines études indiquent que la production de 1000kg de spiruline séchée c’est 450kg de carbone absorbés et 1200kg d’oxygène dégagé dans l’eau et donc dans l’atmosphère.

Quelle spiruline choisir ?

Depuis mai 2017 il existe une certification biologique pour la spiruline qui garantit une culture écologique, sans pesticides et sans engrais de synthèse.

Le souci c’est que pour le moment les spirulines cultivées en France ne peuvent être certifiée bio car les minéraux naturels utilisés par les spiruliniers ne sont toujours pas validés par l’Union Européenne.

Ainsi toutes les spirulines portant la mention AB viennent de l’étranger, bien souvent d’Afrique et de Chine. Or même si la culture de l’algue répond aux critères relatifs à l’agriculture biologique, les sols sont bien souvent pollués (chargés en métaux lourds par exemple). La spiruline étant une algue qui absorbe les métaux, elle se retrouve ainsi chargé en métaux lourds. De plus il est souvent difficile de contrôler les transformations que l’algue a pu subir et certaines algues broyées à vitesse très rapide en poudre se retrouvent dépourvues de presque tous leurs nutriments. De même un séchage à haute température (au-dessus de 50° C) altère grandement l’algue.

La solution ? Choisir une spiruline artisanale française comme celle que nous vous proposons sur notre concept-store et qui est fabriquée dans les Hauts-de-France. Le séchage est effectué à basse température afin de préserver tous les nutriments contenus dans l’algue.

 

spiruline

 

(1)  Tanioka Y. & al.: Methyladeninylcobamide functions as the cofactor of methionine synthase in a Cyanobacterium, Spirulina platensis NIES-39. FEBS Lett. 2010 Jul 16;584(14):3223-6. Epub 2010 Jun 17.

Ecrire un commentaire

Tous les commentaires sont modérés avant d'être publiés